Le Musée du XVIIIe siècle est abrité dans le palais de Charles de Lorraine, gouverneur général des Pays-Bas autrichiens de 1744 à 1780. Ce palais fut construit à partir de 1757 à l'emplacement de l'ancien hôtel de Nassau. Il en reste une façade entre rocaille finissant et néo-classique dont les éléments décoratifs sont l'œuvre de Laurent Delvaux.

Palais de Charles de Lorraine
Musée du XVIIIe siècle

1, place du Musée, 1000 Bruxelles

 La cage d'escalier est ornée d'une statue de marbre représentant Hercule, due au ciseau du même Delvaux.

 

 

 

 

 La cage d'escalier Hermetique

Un escalier jouxtant l'actuel Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Royale, donne accès aux appartements restaurés de Charles de Lorraine. Au pied des marches se dresse une imposante statue de marbre représentant HERCULE tenant la peau du Lion de Némée sur le bras gauche dont la main s'appuie sur une massue marqué de l'initiale "C" flanquée de deux croix de Lorraine surmontant celle de l'ordre Teutonique. La rampe en fer forgé s'orne de bas-relief ajourés, récents, qui illustrent les travaux du héros mythologique. ils remplacent les originaux, vraissemblablement emportés par des commissaires de la république française vers 1794.

Hercule représente l'adepte et ses travaux sont l'allégorie de ceux que doit réaliser l'alchimiste avant d'entrer dans le Grand oeuvre. Sa présence est le premier indice du caractère philosophal de ce lieu et la signature de son ancien propriétaire, sur la massue, implique son assimilation à l'adepte de l'Art.

Le chercheur curieux se reportera utilement aux explications fournies par Dom Pernety, concernant les travaux d'Hercule et leurs rapports avec l'alchimie, dans ses Fables grecques et égyptiennes dévoilées" (livres V, chap. I à XXII, p.349 et suivantes)

Au sommet de l'escalier apparaît le symbolisme du grand Oeuvre proprement dit. 

Une porte est surmontée d'un Sphinx que chevauche un angelot dont le bras droit, autour duquel s'enroule un serpent, repose sur le dos de sa mystérieuse monture. L'enfant porte l'index de la main gauche sur les lèvres, invitation au silence et à la discrétion.

En face, dans le même axe, les symboles de la materia prima et de son origine céleste. De part et d'autre de cet axe, quatre panneaux sont consacrés aux quatres éléments : la Terre, l'Eau, le Feu, l'Air. Ces derniers sont accompagnés de portraits en médaillons des personnifications antiques correspondants : 

DANAE - NEPTUNE - VULCAIN -VENUS   Au dessus de la materia prima et du Sphinx figure le signe graphique du Soleil dont le relief, accusant la forme d'un sein, souligne la fonction nourricière de l'astre mais exprime aussi, par la position élevée du centre, sa prédominance sur la périphérie.

suite : les éléments